De nombreuses années de militantisme en faveur des personnes en situation de handicap psychique

La Myriam est présente sur le terrain associatif, social et médico-social depuis plus de 31 ans.

La Myriam contribue au développement et à la création d’établissements ayant pour mission d’apporter soutien, écoute et aide aux personnes majeures ou mineures en difficultés à s’intégrer ou à s’insérer socialement et/ou professionnellement, présentant des troubles psychiques et psychologiques.

Il aura fallu s’adapter aux différentes évolutions législatives et réglementaires pour parfaire notre organisation gestionnaire. Aujourd’hui la Myriam représente :

presentation la myriam

Engagée sur des valeurs éthiques fortes, empruntes de solidarité, de respect de la dignité des personnes, La Myriam représente l’engagement quotidien des familles en faveur des personnes atteintes d’un handicap psychique.

Nous œuvrons avec l’expérience des professionnels pour améliorer leur quotidien, mettre en place des dispositifs permettant la création et la mise en place d’alternatives que ce soit pour les protéger (le service des majeurs protégés) ou encore pour leur stabilisation et leur insertion (les foyers d’hébergement).

La Myriam, membre de l’UNAFAM

L’Union Nationale des Amis et Familles de Malades psychiques (UNAFAM) est une association reconnue d’utilité publique, qui accueille, écoute, soutient, forme et accompagne les familles et l'entourage de personnes souffrant de troubles psychiques, depuis 1963. Au sein de délégations réparties sur tout le territoire, dont La Myriam en Martinique, des centaines de bénévoles et de professionnels se relaient toute l'année :

  • Pour aller au plus près des familles afin de les aider à sortir de l'isolement et à faire face.
  • Pour accompagner dans leur quotidien les personnes souffrant d’un handicap psychique.

Grâce à l’expérience unique de l’UNAFAM, La Myriam s’impose désormais comme un acteur référent en Martinique dans le domaine de la prévention de l’accompagnement des familles, des patients, des hommes et des femmes quel que soit leur âge confrontés à l’émergence et au développement de la maladie.

À ce titre, La Myriam tout comme l’UNAFAM :

Choisit l’exigence et le progrès…

En réclamant la mise en œuvre de tous les moyens susceptibles d’améliorer la santé et les conditions de vie des personnes en grave souffrance psychique.

En appuyant toute démarche contribuant à faire progresser la recherche, En agissant en toute indépendance (confessions religieuses, partis politiques, organisations syndicales …).

Agit auprès des familles…

En proposant accueil, soutien et formation à tous les membres de la famille, parents, frères et sœurs, conjoints, grands parents, enfants.

En favorisant le dialogue entre les familles qui partagent les mêmes souffrances.

En incitant les familles à s’engager dans une action collective et/ou individuelle, au profit de leurs proches mais aussi d’elles-mêmes. En défendant la reconnaissance du rôle primordial de l’entourage, le plus souvent familial dans l’accompagnement d’une personne souffrant de troubles psychiques.

Travaille en partenariat…

En collaborant avec les organisations actives dans le champ du handicap psychique, en premier lieu avec les associations de patients et d’anciens patients.

En encourageant la coopération avec les élus et les professionnels mobilisés dans le domaine de la maladie et du handicap : médecins, soignants, travailleurs sociaux…

Agit contre la stigmatisation…

Pour briser le tabou attaché aux maladies mentales ; Pour que la société porte « un autre regard » sur ces maladies ; Pour rappeler en toutes circonstances la place de chaque personne dans la société, quels que soient la maladie et/ou le handicap dont elle souffre.

Une gouvernance associative responsable

La gouvernance associative est définie comme étant un ensemble de bons comportements permettant aux dirigeants de l’association de s’appuyer sur des organisations efficaces et lisibles pour exercer sereinement leur fonction.

Le référentiel de gouvernance associative sur lequel repose l’action militante et gestionnaire de La Myriam s’articule autour de trois points essentiels :

  • l’équilibre des pouvoirs et leur contrôle ;
  • l’évaluation et la prévention des risques ;
  • la transparence et la responsabilité des acteurs.

La bonne gouvernance est indispensable pour assurer une charpente solide au développement de l'association. Elle permet de limiter les risques et de sécuriser les parties prenantes dans un but de pérennisation de la structure.

La prise en compte de l'environnement est un critère essentiel dans l'élaboration d'une stratégie associative. L’accès à des réseaux constitue des lieux ressources, pour un conseil, un soutien méthodologique.

Il devra permettre dans l’avenir de développer des partenariats dans le but notamment de mutualiser certaines ressources et certaines fonctions : ressources humaines, gestion financière…

Le projet associatif de La Myriam repose sur l’exigence d’une vie démocratique assumée, responsable, ouverte et participative.

L’association considère que la bonne gouvernance commence par un affichage clair et sans ambiguïté, une transparence notamment des statuts, du règlement intérieur, des rapports d’activité et des comptes de l’association.

Les membres du conseil d’administration

Présidente : Madame Bourgeois Marguerite
Vice président : Monsieur Jaccoulet André
2ème Vice président : Monsieur Manquant Marcel
Trésorier : Monsieur Berté Yves
Secrétaire : Monsieur Perroni Pierre
Secrétaire adjointe : Madame Brival Lucette
Assesseurs : Madame Vénumière Giselle / Madame Desbordes Jacqueline / Monsieur Armède Jean-Claude

Établissements et services gérés par l’Association La Myriam

Notice d'information (11 18) 4